Accidents et premiers secours pour le chat : les gestes à connaître

Si vous soupçonnez une blessure chez votre chat, examinez-le en le manipulant doucement, palpez-le sur l’ensemble du corps afin de déterminer l’emplacement de sa blessure ( Lire Examiner son chat : les gestes de base ).

 

Ne sous-estimez pas les blessures, une lésion d’apparence sans gravité peut se révéler lourde de conséquences.

Choc avec un véhicule ou un signe de choc

Si vous êtes témoin de l’accident, déplacez le corps en sécurité (bords de la route), en gardant le corps un maximum à plat, sans exercer de pression sur les blessures, vous éviterez ainsi d’aggraver ses blessures.

Enveloppez-le dans une couverture ou un vêtement afin qu’il ait chaud et ne puisse pas s’échapper ou se débattre. Consultez un vétérinaire en urgence.

Blessures ouvertes : coupures, écorchures, lésions...

Le risque d’infection est important même lorsque votre chat présente des blessures ouvertes mineures. Il aura tendance à lécher ses plaies afin de les nettoyer, mais ce léchage peut empêcher la cicatrisation.

Eliminez tout corps étranger (poussières, échardes,…), désinfectez avec de l’eau chaude (de préférence bouillie) ou du peroxyde d’hydrogène (eau oxygénée). Pour les chats à poils longs, il est préférable de coupez les poils autour de la plaie pour éviter qu’ils y pénètrent.

Morsures de chien ou d’un congénère

Dans les cas de bagarre avec un chien ou un congénère, les morsures et griffures sont courantes. Nettoyez la plaie en coupant le poil autour de la blessure, désinfectez la avec de l’eau chaude (de préférence bouillie) ou du peroxyde d’hydrogène (eau oxygénée).

Si un abcès se forme dans les jours qui suivent, contactez votre vétérinaire pour qu’il lui administre un traitement.

Piqûres d’insectes

Les piqûres d’insectes peuvent provoquer des réactions allergiques chez certains chats (œdème de Quincke), mais ces cas sont rares.

Les piqûres d’abeille ou une guêpe se situent principalement à la tête et aux pattes. Tentez de lui retirer le dard à l’aide d’une pince à épiler et d’une loupe puis, appliquez une crème calmante. Si vous n’y parvenez pas contactez votre vétérinaire.

Morsures de serpents

Il est assez fréquent que les chats se fassent mordre par un serpent (en France seule la vipère est venimeuse). Vous pourrez distinguer aisément la trace des crocs laissée par le serpent, les symptômes d’une morsure sont des tremblements, vomissement et bave abondante, dilatation des pupilles.

Si vous constatez que votre chat a subi les assauts d’un serpent, maintenez une compresse froide sur la plaie et consultez votre vétérinaire en urgence, idéalement décrivez-lui le serpent.

Brûlures

Bien sur l’éducation (interdiction de monter sur le plan de travail de la cuisine) et la prévention (pas de casseroles au bord de la cuisinière) sont les meilleures armes contre les brûlures.

Pour le chat casse-cou qui va s’aventurer sur la cuisinière en renversant dans sa glissade une casserole d’eau bouillante, appliquez beaucoup d’eau froide et rendez vous d’urgence chez le vétérinaire.

Electrocution

Suite à une électrocution, votre chat est inconscient, la première chose à faire et de couper la source du courant afin d’éviter de se mettre en danger. Une fois le lieu sécurisé, vérifiez les battements du cœur de votre animal en palpant le bas de sa poitrine juste derrière la patte avant gauche.

S’il bat, contactez votre vétérinaire en urgence. Dans le cas contraire, vous devrez pratiquer un massage cardiaque (voir plus bas).

Noyade

Vous constatez un cas de noyade. Le chat sorti de l’eau ne donne plus de signes de respiration, tenez-le par les pattes arrière et balancez-le entre vos jambes afin d’évacuer l’eau entrée dans les poumons. S’il ne respire toujours pas, il est urgent de pratiquer un massage cardiaque (voir plus bas).

Empoisonnement

En cas de suspicion d’empoisonnement, il est indispensable de prendre contact en urgence avec son vétérinaire ou dans un centre antipoison vétérinaire. Précisez-leur, si possible, le produit ingéré (avec le descriptif de l’étiquette).

Attention à vos médicaments et produits dangereux, le chat est un animal curieux, qui peut s’empoisonner avec de la mort aux rats, des produits anti-limaces, ou simplement avec de l’aspirine ou du paracétamol (doliprane©, Efferalgan©,…)

Intoxications par les plantes

De nombreuses plantes, d’apparences anodines, peuvent se révéler toxiques pour votre chat. Les symptômes allant du vomissement à l’intoxication fatale. Le plus grand risque est indéniablement pour le chaton.

Pour dissuader votre chat de s’attaquer aux plantes, il existe sur le marché des répulsifs, mais une bonne éducation du chaton et une herbe à chat toujours disponible feront l’affaire la plupart du temps.

Quelques plantes toxiques

  • La famille des Aracées (Araceae) : Evitez tout contact en général avec les plantes de cette famille notamment la Dieffenbachia dont la sève contenue dans sa tige peut provoquer des œdèmes buccaux, et des asphyxies.
  • La famille des Liliacées (Liliaceae) notamment la Chlorophytum très appréciée dans nos intérieurs mais potentiellement mortelle. Dans la même famille la Tulipe, Yucca, Muguet, Jacinthe, mais aussi l’ail, l’oignon et l’échalote.

  • Le Laurier rose

  • L’Euphorbe

  • Le Croton

  • L’Azalée et le rhododendron

  • Les Ficus

  • Les Narcisses, Jonquilles, et Amaryllis

La respiration artificielle

La respiration artificielle est nécessaire lorsque le cœur bat encore mais que le chat à cessé de respirer. Il est important que le cerveau de votre chat soit oxygéné en permanence.

Précaution avant tout acte

Déterminez si votre chat est conscient, parlez-lui. S’il ne réagit pas, pincez-le fortement entre les doigts en observant ses yeux. Si vous obtenez une réaction, pas besoin de pratiquer la respiration artificielle. Sans réaction, pratiquez-la.

Méthodologie

Couchez votre chat sur le coté droit. Etirez sa tête et tirez sa langue. Otez tout objet susceptible d’obstruer la respiration. Fermez sa bouche, et entourez son museau avec vos mains, soufflez dans sa truffe pendant 3 secondes (dilatation de la poitrine).

Marquez une pause d’environ 2 secondes (dégonflement de la poitrine). Poursuivez jusqu’à ce que le chat reprenne sa respiration (rythme 20/30 fois par minute). Vérifiez régulièrement le pouls de votre chat, en cas d’arrêt cardiaque un massage sera indispensable.

Le massage cardiaque pour le chat

Si le cœur de votre compagnon a cessé de battre, il faut immédiatement pratiquer un massage cardiaque. Même s’il faut le savoir, les chances de faire repartir le cœur sont minces

Les signes de l’arrêt cardiaque chez le chat

Vous constatez une accélération brutale du rythme cardiaque, sa respiration devient lente et difficile, sa langues et ses gencives virent bleuâtres. Ce sont les signes précurseurs d’un arrêt cardiaque.

Méthodologie

Couchez votre chat sur le coté droit. Placez votre main sur le coté gauche de votre compagnon (juste derrière le coude).

Exercez une pression rapide et régulière (environ 120 fois par minute), pendant 15 à 20 secondes et pratiquez la respiration artificielle pendant 10 secondes, ainsi de suite jusqu’à ce que le cœur reparte.