//-->

Astuces pour s’occuper d’un chat terrorisé ou timide

Le chat qui vient d’arriver chez vous est terrorisé.

Vous l’avez choisi dans un refuge qui l’avait recueilli après un abandon. Ou peut-être l’avez vous-même recueilli alors qu’il errait seul…

Vous êtes embarrassé car s’il vous a séduit, il reste néanmoins caché sous un meuble et ne répond à aucune de vos sollicitations.

Vraisemblablement, il est marqué par un traumatisme et a peur des humains qui l’approchent. Mais vous avez raison de garder tout espoir de sociabilisation et d’apaisement.

Un jour, il viendra vous demander des câlins et sera un compagnon affectueux. Je vous propose toutes les conditions qu’il faut réunir pour permettre à ce chat apeuré de retrouver la douceur de vivre.

Vous pouvez utiliser ces conseils pour un chat extrêmement timide ou resté un peu sauvage. Une étape est obligatoire, comme pour l’accueil d’un animal ou plusieurs chez vous, il faut consulter un vétérinaire.

Je me permets ce ton directif juste à ce moment là car il ne faut pas se passer d’un contrôle médical, un comportement agressif peut être un symptôme d’un mal profond et l’expression d’une souffrance physique invisible. Cette visite peut s’avérer pénible.

Le chat sedébattra sans doute avant de se laisser enfermer dans la boîte de transport, vous le prendrez par la peau du cou comme sa maman l’aurait fait. Il peut miauler très fort jusque dans la salle d’attente, courage, c’est capital pour sa santé.

Si son diagnostic est bon alors votre nouveau chat peut rejoindre son nouveau logis. Dans un premier temps, retenez qu’il a besoin de paix et de sécurité. Tout doit être orienté dans ce sens. Donc réservez lui un endroit qui lui sera dédié où vous ne le dérangerez que pour remplir sa gamelle.

Dans cet endroit sécurisé où il n’y aura pas de passage (donc un couloir est à proscrire pour les débuts), veillez à ce qu’il ne soit pas dérangé par des lumières flashantes ou des bruits de travaux (à côté de la chambre de votre fils adolescent qui met le volume à fond parfois ?).

Je vous propose aussi de prévoir un arbre à chat où il commencera ses premiers mouvements de liberté. De plus, il aimera se faire les griffes sur cet arbre.

Vous tentez déjà de l’appeler en tendant la main : Minou minou, viens, n’aie pas peur, je ne te veux pas de mal, juste te caresser si tu veux bien.

Mais non, il ne veut pas. Il vous fixe, les pupilles dilatées, l’air inquiet et se fâchera si vous dépassez une limite qui lui semble insupportable. Ne soyez pas déçu, offrez lui beaucoup de temps.

Ne forcez pas la rencontre, il est le seul à décider quand le moment de l’approcher sera venu … Parlez avec douceur, ne faites aucun geste brusque près de lui. Ah, important… Au plus près de lui, mettez vous à sa hauteur, à genoux.

Être plus grand, c’est déjà exprimer une volonté forte de domination. Dans son cas, apaisons la situation et restons à sa hauteur.

Autre détail : le fixer du regard avec insistance est, dans la nature, un signe de défiance, regardez le donc sans fixer. Tendez-lui un morceau de jambon ou autre, il viendra. Le cas échéant, vous lui laisserez au sol le morceau. Il aime aussi le thon en boîte.

Soyez rassuré, ce chat recueilli est bien chez vous même s’il ne le montre pas.

Il apprécie le logement chaud et sec, la proposition de nourriture et l’absence de menace. Des expériences douloureuses l’ont conditionné dans cet état de peur et de stress, il mettra longtemps (des jours, des semaines voire des mois) avant de retrouver une certaine confiance. Votre présence est déjà rassurante.

Même si vous passez votre temps dans d’autres pièces, il perçoit vos odeurs et vos fréquences vocales. Il identifie en quelques jours votre voix, d’où l’importance de lui parler doucement car il va associer votre voix à de la douceur…

Dans les témoignages recueillis, certaines personnes ont affirmé avoir utilisé du feliway pour aider le chat à sortir de sa cachette et l’amener sur le coussin d’à côté. Vous pouvez asperger en douceur le coussin de ces hormones chimiques qu’il trouvera agréables, ça peut l’aider à se rassurer. Quand vos amis ou votre famille viennent chez vous, laissez le se cacher s’il le souhaite.

Le temps qu’il s’habitue à vous est plus ou moins long, il pourra même reconnaître vos visiteurs les plus fréquents mais restera distant des visiteurs occasionnels. Un mot revient dans cette situation : patience !

C’est en effet la solution pour répondre aux cas de traumatismes.

Dernier point : le jeu est un moyen puissant de sociabilisation.

Tentez avec lui des boules de papier, cartons, ficelles que vous agiterez devant lui ou autres balles avec grelot intégré …Je vous remercie d’avoir accepté de vous occuper de ce chat terrorisé ou seulement très timide, c’est seulement possible parce que vous aimez profondément les chats.

Nous serons ravis de lire vos témoignages à ce sujet et vos questions.