L’alimentation du chat adulte : les infos et conseils

L’alimentation sera déterminante pour la santé de votre chat, il est donc important de surveiller son poids (entre 3,5kg et 5kg pour l’adulte). Une perte de l’appétit ou une variation importante de poids sont souvent les symptômes d’une maladie ou d’une inadaptation à sa nourriture.

Les besoins alimentaires

Les besoins alimentaires de votre chat vont dépendre de son mode de vie. Un chat qui vit en extérieur aura un besoin supérieur à son congénère d’intérieur dont le plus grand effort est de changer de fauteuil.

Etant un véritable carnivore, le régime végétarien est à proscrire. Son alimentation devra contenir environ 40% de protéines (contre 18% chez le chien) et lui apporter environ 450 calories.

Quel type d’alimentation ?

Il y a plusieurs pistes pour nourrir un chat adulte, le fait maison, les boites, ou les croquettes.

Le fait maison

C’est un vrai travail à part entière, car il faut surveiller que vous apportez à votre chat tous les éléments nécessaires à sa bonne santé (protéines, glucides, lipides, et vitamines) en fonction de son age, et préparer consciencieusement sa nourriture en suivant des règles précises :

  • pas de viande ou de poisson crus,
  • préparer les aliments (enlever les os et arêtes, les couper en morceaux),
  • pas de légumes ou féculents en grande quantité
  • pas d’épices ou de condiments
  • équilibrez ses repas

Les boites

Les boites, en plus de proposer différentes saveurs, apportent au chat un apport humide conséquent.

Evitez de les sortir du réfrigérateur juste avant le repas, votre chat préférera une nourriture à température ambiante. Attention ces aliments sont difficiles à conserver et souvent onéreux.

Du fait de son humidité, cette alimentation demande, pour la même valeur énergétique, une plus grande quantité que les croquettes.

Les croquettes

Aliments souvent très appréciés par les chats, notamment pour leurs cotés croquants.

La croquette a pour elle beaucoup d’avantages. Parfaitement équilibrée, elle  répond parfaitement aux besoins du chat.

Les fabricants proposent dans leur gamme une alimentation adaptée au style de vie, à l’age, à la morphologie, et même à la race de votre animal. Par son effet mécanique elle prévient l’apparition du tartre ( voir Le soin des dents du chat ).

Vous pouvez laisser les croquettes en libre service ce qui permet au chat de manger à son rythme, ce qu’il apprécie particulièrement.

Important, les croquettes étant pauvres en eau, il est recommandé de mettre en permanence à la disposition de votre chat de l’eau fraîche et non souillée, et de vous assurer qu’il boit suffisamment.

La qualité de nourriture à donner au chat

Il est préférable d’opter pour une nourriture de qualité que vous trouverez chez votre vétérinaire ou dans votre animalerie.

Cette alimentation parfaitement dosée apportera à votre chat tous les éléments nutritifs dont il a besoin en fonction de son age, de son activité, ou de sa race. Evitez l’alimentation dite standard que l’on trouve dans les supermarchés.

Plus économique, mais souvent grasse, et pas forcément adaptée à votre chat.

La boisson

L’eau

Le chat n’est pas un gros buveur, mais un apport en eau est essentiel à sa bonne santé.

Surveillez qu’il boive normalement (environ 40ml par kilogramme), si vous constatez une sous ou une sur-consommation d’eau contactez votre vétérinaire, cela peut être les symptômes de maladies graves.

Pour voir si  un chat est déshydraté, tirez-lui la peau du coup, si elle revient rapidement à sa place initiale c’est que tout va bien, si l’opération prend plusieurs secondes c’est la preuve d’une déshydratation.

Le lait

Contrairement aux idées reçues, le lait n’est pas la boisson principale du chat et dans certains cas il est même déconseillé.

Le lait que nous consommons est riche en lactose, les chats ne possédant pas l’enzyme nécessaire pour le digérer, il peut provoquer des problèmes de digestion (diarrhées).

Il existe du lait spécifique pour nos amis les chats, ou bien si votre chat est habitué à consommer votre lait coupez-le avec de l’eau.

Le lieu du repas

Soyez attentif lorsque vous choisissez l’emplacement de la zone repas de votre chat.

L’endroit doit être calme, le chat devant être tranquille pour manger. Propre, ne pas mettre sa litière à proximité, et il doit être équipé de gamelles impeccables de préférence en terre cuite, le plastique pouvant dégager des odeurs que votre chat n’appréciera pas.

Les friandises

Lorsque l’on arpente les rayons chat et chien d’une grande surface ou d’une animalerie, il est difficile de ne pas se laisser séduire par l’abondance des friandises.

Le plus souvent l’apport de friandise n’est pas nécessaire pour le chat, mais elle l’est pour le maître, qui par cet acte à l’impression de rompre la monotonie supposée de la nourriture de son chat.

Dans tous les cas, utilisez la friandise avec parcimonie. Il en existe spécialement conçues pour les chats, riches en saveur, croquantes, parfaitement dosées énergiquement, et qui en plus de ne pas lui faire de mal auront pour certaines des effets bénéfiques (antitartre,…).

Le sucre, le sel, ail, oignon, et échalote, ennemis ?  

Votre chat est aussi gourmand que vous et il est difficile de résister à ses yeux doux lorsque vous grignotez.

C’est l’erreur à ne pas commettre. Evitez tout aliment contenant du sucre, même en faible quantité (risque de diabète).

Le chocolat est véritable poison pour nos chats comme pour nos chiens, il peut être responsable de  troubles :

  • cardiaques
  • nerveux
  • et digestifs

Il en va de même pour le sel ou tout autre épice. Votre chat n’a aucun besoin de condiments pour apprécier un plat. Les aliments comme l’ail, l’oignon, et l’échalote peuvent être la source d’hémorragies lorsqu’ils sont mal digérés.

Changer son alimentation

Vous souhaitez changer l’alimentation de votre chat (exemple : le faire passer d’une nourriture en boite aux croquettes) ?

Cela peut prendre du temps, de une à trois semaines en fonction des chats. Chaque jour réduisez sa ration habituelle en complétant le manque par la nouvelle nourriture, jusqu’à la suppression totale de l’ancien aliment.

Important : surveillez bien sa consommation d’eau qui doit augmenter du fait du faible apport d’humidité des croquettes.

Faut-il varier l'alimentation du chat ?

Lorsque vous avez trouvé le régime alimentaire qui convient à votre chat, il n’est pas opportun de le modifier (sauf problèmes de santé). Le chat ne connaît pas le phénomène de lassitude, comme nous pouvons le ressentir, au contraire, l’uniformité de ses repas va l’aider dans la gestion de sa nourriture.

L’obésité chez le chat

L’obésité du chat est une pathologie fréquente chez nos chats, souvent trop bien nourris (restes de repas, friandises, …) et en manque d’exercice quotidien.

Elle correspond à un surpoids de 20% par rapport au poids idéal, causant de différents troubles allant des problèmes d’articulation aux risques cardiaques, malheureusement trop de gens associent embonpoint et bonne santé.

Les chattes et chats stérilisés sont les plus sensibles à la prise de poids (entre 20 et 30% de plus), de même que l’accroissement de l’âge des animaux et leur médicalisation croissante engendrent une génération de chats en surpoids.

Les fabricants d’aliments permettent d’apporter des solutions alimentaires pour de nombreuses situations (chat obèse, diabétique, stérilisé,…). Consultez votre vétérinaire qui saura vous conseiller dans votre choix.

Une alimentation de qualité et correspondante à l’activité de votre chat, ne suffisent pas à éviter l’obésité. Les propriétaires se doivent d’avoir un comportement responsable notamment en évitant de les nourrir entre les repas et en faisant faire à leur chat un minimum d’exercice.

Poids indicatif en fonction des races

  • Singapura : inférieure à 3 kg
  • Siamois : 2,5 à 4 kg
  • Persan : 3 à 6 kg
  • Chartreux : 4 à 7 kg
  • British Short Hair 4 à 7kg
  • Chat des Forêts Norvégiennes : 3 à 9 kg
  • Maine Coon : 5 à 10 kg

Modification de l’appétit

Soyez extrêmement vigilant sur toute modification de l’appétit de votre chat, habituellement synonyme de troubles plus ou moins graves.

Un appétit accru peut révéler une hyperthyroïdie, néphrite (inflammation des reins). Une perte d’appétit peut impliquer un problème bucco-dentaire, une apathie. L’excès de boisson est, quant à lui, souvent le symptôme d’un diabète.

Des traitements médicamenteux peuvent aussi être la cause (corticoïde, antibiotiques, …) parlez-en à votre vétérinaire.