La grossesse nerveuse chez la chienne : les infos et guide

La grossesse nerveuse est un état chez la chienne, appelé aussi «lactation nerveuse» ou «pseudo-gestation».

 

Cela se produit entre la cinquième et la douzième semaine après la fin des chaleurs, que la chienne ait été saillie ou pas. Elle devient plus agitée ou nerveuse, plus affectueuse ou plus distante, elle a les mamelles enflées, parfois avec du lait, son appétit augmente et souvent, elle materne des objets.

 

En général, ces comportements cessent spontanément en une à trois semaines.

Ce n’est pas pathologique et il semblerait que la chienne, gestante ou pas, se prépare sur le plan hormonal à la mise-bas, d’où la lactation.

Certains vétérinaires estiment que c’est un dérèglement psychique, traumatisant pour la chienne et ses propriétaires, avec une seule prévention :  l’ovariectomie !

Le Dr Leon F. Whitney, vétérinaire, généticien et éleveur de chiens de race saint-hubert, estimait que c’était tout à fait normal et que toutes les chiennes qui ovulent passent par une grossesse nerveuse, si elles ne sont pas gestantes.

Si tel n’est pas le cas, il n’y a pas eu d’ovulation, ce qui n’est pas normal. 87% de toutes les chiennes auraient des pseudo-gestations.

Le Dr Alain Fontbonne («Faire reproduire son chien ou sa chienne» Ed. Maradi) est le grand expert de la reproduction canine. Il nous dit que cet état est l’exacerbation d’un fonctionnement hormonal, prouvant même que la chienne est potentiellement une bonne reproductrice, puisque son métabolisme hormonal est normal.

Cette condition n’a pas de conséquences pour la santé et ne prédispose pas aux tumeurs des mamelles ou aux mammites.

Finalement, la grossesse nerveuse n’est absolument pas un désir de maternité inassouvi ou un état dépressif. La chienne n’en souffre pas et se remet sans encombres.

Les ovaires et l’hypophyse

Ce sont les glandes qui contrôlent les phénomènes de reproduction.

L’hypophyse

C’est la glande qui dirige toutes les autres. Elle est située à la base du cerveau, auquel elle est rattachée par une sorte de tige. Elle a un lobe antérieur et un postérieur.

Voici ses principales fonctions :

  • elle stimule la croissance;
  • elle est la cause du développement sexuel;
  • elle déclenche les chaleurs;
  • elle stimule la lactation;
  • elle rend maternel;
  • elle initie le travail de mise-bas;
  • elle a une influence sur la mue. La chienne qui termine ses chaleurs est généralement en mue ensuite.

Les ovaires

Leur rôle est reproductif. Ils sont situés derrière les reins. Non seulement ils contrôlent la reproduction, mais ils influencent aussi le psychisme.

Si on enlève les ovaires (ovariectomie) avant la puberté, la chienne se développe de manière peu harmonieuse. Elle devient grasse. Bref, elle perd les caractéristiques de la chienne entière et n’est ni mâle, ni femelle, mentalement ou physiquement. Elle conserve un comportement infantile.

En moyenne, les chiennes sont en chaleur entre 6-15 mois, par fois 5 mois (chow-chow).

Les ovaires et l’hypophyse travaillent ensemble, si tout va bien. Ce sont les ovaires qui déclenchent le cycle sexuel.

Le cycle sexuel chez le chien

Il se divise en quatre phases :

1. Le Proestrus (Phase de maturation folliculaire)

Chez la plupart des chiennes, il y a un écoulement vulvaire sanguin, d’origine utérine, qui dure de 5 à 20 jours, selon les cas. C’est la phase de maturation folliculaire; les follicules produisent les ovules, qui seront libérées lors de l’ovu-vulation, au moment de l’oestrus. Les follicules libèrent des oestrogènes, qui activent l’hypothalamus, sur le plancher du cerveau, qui, à son tour, active l’hypophyse, qui sécrète deux hormones: la FSH (Follicules Stimulating Hormone) qui stimule la croissance des follicules, et le LH (Luteotropine Hormone, ou Prolactine) à la fin de cette phase, déclenchant l’ovulation 2-5 jours plus tard.

Les éleveurs doivent se souvenir que beaucoup de chiennes acceptent la saillie plusieurs jours avant l’ovulation, et conséquemment, restent vides.

2. L’Oestrus (Phase de l’ovulation)

Cette phase dure de 7 à 30 jours. L’écoulement vulvaire s’éclaircit généralement et diminue. Les ovules (ovocytes) produites ne sont pas matures et doivent donc mûrir durant 2-7 jours. Lors de l’ovulation, l’hormone progestérone (produite par le corps jaune, les cellules qui ont remplacé l’ovule, après sa libération de follicule) est libérée dans le sang. On la dose pour déceler le meilleur moment pour la saillie.

3. Le Dioestrus, ou Métoestrus (Phase de la progestérone)

Cette phase suit les chaleurs et dure environ 2 mois. La chienne, gestante ou pas, est plus calme et mange plus. Parfois, durant 4.5 jours, il y a une réapparition des pertes vulvaires (foncées et glaireuses). Après 3-4 semaines apparaissent les signes d’une grossesse nerveuse, ou pseudo-gestation.

4. L’Anoestrus (Phase de repos)

Cette phase sépare le dioestrus du proestrus, de 4-5 mois. Le dioestrus + l’anoestrus est appelé interoestrus. Il ne devrait pas être plus court que 3 mois ou plus long que 12 mois.

Pourquoi des lactations nerveuses?

Cela serait un comportement de meute, remontant à la nuit des temps et qui existe chez les loups et les chiens sauvages, tels que les dingos et les lycaons.

Dans une meute, seules les femelles dominantes s’octroient le droit de produire une descendance. Les dominées, tout en bas de l’échelle sociale, n’ont généralement pas de chaleurs.

Quant aux femelles de rang moyen, elles ont des chaleurs qui sont synchronisées avec celles des dominantes. Elles ont des lactations nerveuses, afin d’aider à nourrir les chiots des dominantes. Ce sont des baby-sitters / nourrices.

En conclusion, c’est un comportement normal chez les canidés.

Grossesse nerveuse, ou pas?

La majorité des chiennes ayant des pseudo-gestations après leurs chaleurs, on peut se tromper, que l’on soit un éleveur chevronné ou pas.

Les histoires sur le sujet sont légions. Bien entendu, pour savoir s’il y a vraiment grossesse ou pas, il suffit de faire une échographie ou une radio.

Les hormones en cause

On ne comprend pas encore entièrement le fonctionnement de ces hormones reproductrices, mais on sait que pour les mamelles se développent, il faut que le taux de progestérone soit élevé. Mais c’est la prolactine qui stimule la production de lait.

A la fin du dioestrus, que la chienne soit portante ou pas, le taux de prolactine augmente, tandis que celui de progestérone baisse, plus ou moins vite. Il est possible que si la baisse est très rapide, certaines chiennes soient plus sensibles à de hauts niveaux de prolactine, ce qui produirait une lactation plus ou moins abondante.

Comment faire cesser une grossesse nerveuse ?

Les grossesses nerveuses ne sont pas nocives pour la santé, mais elles sont plutôt ennuyeuses pour nous, si cela arrive quand la chienne est en période d’exposition ou de concours de travail. Mais, en principe, cela disparaît en 2-4 semaines, sans traitement particulier.

Certains préconisent de légers tranquillisants pour les symptômes psychiques. L’ennui, c’est que ceux qui appartiennent à la famille des phenolthiazines (par exemple, l’acepromazine) stimulent la sécrétion de prolactine!

Les hormones parfois prescrites, dérivées des oestrogènes ou autres, peuvent être la cause de pyomètres et de tumeurs mammaires et sont dangereuses. C’est à proscrire.

Le Dr Fontbonne estime que les substances les plus efficaces sont les antiprolactines, qui agissent en quelques jours. Elles agissent sur les neurotransmetteurs qui contrôlent la sécrétion de prolactine.

Mais Alain Fontbonne recommande plutôt les méthodes douces, ou de simples mesures d’hygiène. Après tout, la grossesse nerveuse n’est pas une maladie et ne devrait pas nécessiter de médicaments allopathiques tels que les diurétiques, calmants, ou pire.

Mesures d’hygiène

  • mettre la chienne à la diète durant 1-2 jours, avec peu d’eau;
  • confisquer les objets qu’elle materne et l’empêcher de faire un nid;
  • lui faire suivre un régime de 10 jours, avec des légumes verts et la moitié d’une ration de viande normale. Par la même occasion, si la chienne n’a pas la ligne, cela lui fera beaucoup de bien
  • distraire la chienne (sorties);
  • si elle se lèche ou se tète, on peut lui mettre une collerette pendant 3-4jours;
  • pour diminuer la congestion des mamelles et la sécrétion de lait, on peut mettre une crème camphrée, avec une bande Velpeau. Ne pas mas- ser, ce qui stimule la lactation! Certains recommandent un emplâtre fait avec du blanc d’Espagne et du vinaigre d’alcool.

Médecines douces

L’homéopathie donne de bons résultats. Pour les signes psychiques, on peut donner des granules d’Ignatia ou de Thuya, avec du Pulsatilla ou de l’Urtica Urens pour la lactation nerveuse.

L’ostéopathie : les ostéopathes manipulent certaines vertèbres, avec de bons résultats.

La phytothérapie donne également de bons résultats. Certains éleveurs utilisent le persil haché dans la nourriture, ou la menthe (Peppermint), tout simplement.

Conclusion

On pourrait dire que la pseudo-gestation / grossesse nerveuse / lactation nerveuse chez la chienne est un phénomène naturel, dont elle ne souffre aucunement. C’est nous qui en souffrons, car nous nous identifions à l’image que nous nous faisons de notre chienne, d’où notre idée qu’elle est dépressive ou qu’elle a un fort désir de maternité. D’ailleurs, si elle est saillie et a des chiots après ses prochaines chaleurs, cela ne l’empêchera nullement de refaire des grossesses nerveuses à chaque cycle.

Pratiquement toutes les chiennes qu’on ne fait pas porter ou qui restent vides après une saillie, ont une pseudo-gestation. Si elles n’en ont pas, cela signifie qu’il n’y a pas eu d’ovulation, ce qui est anormal et nécessite une consultation vétérinaire.

Tous les spécialistes de la reproduction canine s’entendent pour dire que la grossesse nerveuse n’a aucune conséquence sur la santé de la chienne et ne la prédispose pas plus aux tumeurs mammaires, mammites ou autres troubles du genre.

Les vétérinaires spécialistes de la reproduction, ont remarqué que les manifestations de grossesse nerveuse sont beaucoup plus manifestes chez les chiennes appartenant à des particuliers qu’à des éleveurs ayant plusieurs chiennes.

On peut supposer que les personnes qui n’ont qu’une chienne, passent généralement plus de temps à s’apitoyer sur elle et à la «cocooner» que les éleveurs, qui savent que c’est naturel et n’y font pas particulièrement attention. Or, les chiens sont des comédiens qui, souvent, demandent pas mieux que d’être plaints. Tout cela peut exacerber une manifestation normale, chez une chienne hyper-protégée.

On a également noté que, quand on a plusieurs chiennes, elles synchronisent leurs chaleurs. Par la même occasion, les spécialistes en gynécologie et endocrinologie ont remarqué que dans les bureaux, entreprises ou écoles, les femmes avaient tendance à avoir leurs règles toutes en même temps!

Ainsi, ce qui est physiologique ou hormonal subit l’influence du psychisme, quelle que soit l’espèce animale.

Dans des cas excessivement rares, un dérèglement de la glande thyroïde peut être la cause d’une grossesse nerveuse qui perdure. Mais pour 99% des cas, traitement ou pas, tout rentrera dans l’ordre en quelques semaines. C’est comme le coryza: il faut laisser les choses suivre leur cours, et même avec moult médicaments, cela ne disparaîtra pas plus vite que sans aucun!