Parasites externes et maladies de peau chez le chat et leur traitement

Les tiques, les puces, les poux ainsi que certains acariens ou champignons peuvent provoquer des démangeaisons, des affections cutanées, voir plus grave transmettre des maladies fatales.

 

Les parasites externes ne sont donc pas à prendre à la légère, et doivent faire l’objet d’une attention particulière.

Les puces (Ctenocephalides Felis)

Insectes sauteurs d’un à trois millimètres, vivant une à deux semaines, fléaux du chat comme du chien. Elles perforent la peau de votre animal pour en aspirer le sang.

La substance coagulante qu’elles injectent en suçant le sang l’empêche de saigner mais provoque des démangeaisons. Chez certains chats, des signes de dermatites (croutes sur le dos et autour du cou) dues à une réaction allergique aux piqures.

Les puces transmettent le Ténia (voir les parasites internes) à nos compagnons et est responsable de la maladie des griffes du chat (Bartonella henselae) chez l’homme.

Le traitement antipuce du chat

De nombreux traitements antipuces sont présents sur le marché l’idéal est de couplé le traitement avec un shampoing spécifique :

Les comprimés : Efficaces, ils peuvent être administrés aux chatons sevrés. Ils contiennent un principe qui stérilise la puce, sans la tuer. A utiliser de pair avec un insecticide.

Les pipettes : Faciles d’utilisation, elles s’appliquent une fois par mois dans la nuque du chat. Le liquide qui se répand dans tout l’organisme du chat tue les puces avant la ponte.

Les colliers : Leur efficacité est de plusieurs mois, mais ils ne sont pas toujours supportés par les chats. Optez pour un collier élastique ou cassable pour éviter les risques d’étranglement à votre chat.

Les poudres : Pas simples d’utilisation, et beaucoup moins efficaces que les pipettes.

Le traitement antipuce de la maison

Le traitement de votre chat ne servira pas à grand chose si vous n’utilisez pas conjointement un insecticide pour votre maison. Appliquez des sprays dans tous les tapis et moquettes, et passez fréquemment l’aspirateur en période critique (fin de l’été).

Les tiques (Ixodida) 

Insectes qui se nourrissent du sang de votre chat. Fixées le plus souvent proche du cou et des oreilles, vous les remarquerez facilement lorsqu’elles sont gorgées de sang.

Une boule sombre sort de la peau de votre chat, pouvant être confondue avec un kyste. Elles peuvent transmettre une bactérie responsable de fièvre et d’anémie.  

Comment retirer une tique ?

Ne pas retirer la tique à mains nues, vous pourriez y laisser la tête de la tique ce qui peut engendrer un abcès et surtout ne pas presser la partie pleine de sang. Il existe des petits crochets qui vous permettent d’enlever l’ensemble de la tique, tête comprise.

Traitement anti-tique

Utilisez un acaricide souvent le même que le produit antipuce.

Les poux (Phthiraptera)

Moins fréquents que les puces, les poux provoquent d’importantes démangeaisons. Ils se repèrent grâce aux lentes translucides (œufs) collées aux poils du chat.

Traitement anti-poux

Même technique que pour la puce (voir ci-dessus).

Les aoûtats (Trombidium)

Présents dans les pelouses de nos jardins, ce petit acarien de 3mm de long, se nourrit de notre sang ou de celui de nos animaux.

Ses piqûres, le plus souvent situées à des emplacements ou la peau est particulièrement fine (oreilles, pattes,…) provoquent la trombidiose, une démangeaison importante pouvant créer des plaies chez nos chats.  

Traitement conte les aoûtats

Utilisez un acaricide souvent le même que le produit antipuce.

La gale auriculaire

Très courante chez les chats et extrêmement contagieuse. Nous la devons à un acarien (Otodectes cynotis), souvent transmis par la mère, présent dans le conduit auditif. Cela entraine des dépôts brun-noirs dans les oreilles et des otites.

Traitement contre le gale auriculaire

Il faut un certain temps pour éradiquer cette affection, vous y viendrez à bout à l’aide de gouttes auriculaires, fournies par votre vétérinaire. Attention de bien suivre le traitement dans la durée (minimum 4 semaines).

La Cheyletiellose chez le chat

Dermatoses dues à un acarien (Cheyletiella blackei) touchant le plus souvent les jeunes chats vivant en élevage. Les acariens (transmissibles à l’homme) vont entrainer une irritation cutanée et des pellicules dans le pelage.

Traitement contre la Cheyletiellose

Traiter tout animal nouvellement introduit dans un groupe. Il n’est pas rare que les adultes soient porteurs sains.

La teigne

Champignon (Microsporum canis) qui provoque au niveau de la tête, des oreilles, du dos, et du bout des pattes, des lésions circulaires et une perte du pelage. Les teignes sont extrêmement contagieuses.

Les éléments contagieux se situent sur des fragments de poils présents sur le chat contaminé mais aussi au sein de l’environnement.

Traitement contre la teigne

Ce champignon microscopique, détectable grâce à la lampe fluorescente de Wood, se soigne avec des lotions ou pommades fongicides sur une durée de 5 à 6 semaines.

Vérifiez les autres animaux de la maison, traitez-les si nécessaire, désinfectez les paniers, écuelles, et nettoyez tous vos tapis.

Ce champignon est transmissible à l’homme, donc pendant cette période éviter les contacts chat/enfant, et portez des gants pour le traitement.

Les Myiases cutanées chez le chat

Il se peut lorsque votre chat a sa fourrure souillée (ou une plaie), qu’elle attire des mouches qui pondent leurs oeufs sous la peau. Lorsque ceux-ci éclosent ils libèrent des parasites (asticots) qui produisent des toxines pouvant être fatales pour votre chat.

Traitement contre les Myiases cutanées

Préventivement ne laissez pas une plaie non soignée, et brossez régulièrement votre chat. Le traitement consiste à nettoyer la blessure et à retirer les asticots avec une pince à épiler.

Les allergies et eczéma du chat

Produits alimentaires, parasites, insecticides, fongicides, de nombreux éléments peuvent être à l’origine d’allergies ou d’eczéma.

Si vous n’arrivez pas à déterminer la source, vous devrez effectuer des tests sanguins et utiliser des produits hypoallergéniques car le traitement dépend du type d’allergie.