Voyager avec son chat : les infos et conseils

Le lieu d’hébergement

Lors de votre réservation, vérifiez que les animaux soient bien acceptés, faites-vous préciser les conditions d’acceptation et les éventuels surcoûts.

L’assurance animal

Trop de personnes oublient qu’il est nécessaire de souscrire une assurance pour son compagnon, et à plus forte raison si vous partez en voyage. Il sera peut être amené à rencontrer la famille, les enfants, ou d’autres compagnons qui pourront l’effrayer.

Avant de partir, renseignez-vous auprès de votre assureur pour savoir si votre chat est couvert pour les dégâts qu’il occasionnerait. N’oubliez pas que la loi (art 1385 du code civil) stipule que votre animal est sous votre entière responsabilité.

Le panier de transport pour votre chat

Il existe de nombreux paniers de transport disponibles sur le marché, et il y a peu de chance que vous n’en possédiez pas déjà un pour les allers-retours chez le vétérinaire.

Mais pour ceux qui en sont dépourvus, choisissez un modèle léger, de préférence en plastique pour le nettoyage, et bien ventilé (vérifiez qu’il comporte de nombreuses petites aérations), évitez l’osier. Les sacs de transports en toile sont plus adaptés aux courts trajets.

L’alimentation du chat en voyage

Evitez de lui donner à manger à moins deux heures avant votre départ, idéalement vous aurez allégé ses repas durant les précédentes 48 heures. Il y a de fortes chances qu’ilsoit malade si vous voyagez en voiture.

Essayez de le faire boire lorsque vous faites des pauses, s’il ne veut pas et que letrajet est important, munissez-vous d’une petite seringue (sans l’aiguille) et faites-lui boire un peu d’eau toujours à température ambiante en lui glissant l’embout entre la canine et les dents arrières, tout doucement pour qu’il ait le temps de déglutir et que l’eau ne fasse pas une fausse route.

Lors de votre arrivée dans votre nouveau lieu de résidence, laissez-le inspecter l’endroit et mettez-lui à disposition de la nourriture et de l’eau fraîche. Les premiers temps il mangera probablement moins que d’habitude.

Un calmant pour le voyage

Beaucoup de chats voyagent, et même s’ils n’apprécient pas souvent la manœuvre, ils s’y accommodent à peu près.

Cependant, il arrive que certains chats soient réfractaires à tous déplacements. Dans le cas ou votre chat doit absolument vous suivre, ilest possible de demander à son vétérinaire un calmant pour l’apaiser lors du voyage.

Attention les calmants mettent une vingtaine de minutes pour produire leurs effets. Il vous serapossible dediffuser dans l’habitacle dela voiture des phéromones qui s’achètent en aérosol chez les vétérinaires.

Les bagages de votre chat

Documents :

  • Le carnet de santé ou passeport européen

  • La carte d’identification à jour (bonne adresse)

  • Attestation de vaccination anti-rabique (rage)

  • Titrage rabique et certificat antiparasitaire (si voyage à l’étranger)

  • Le certificat de bonne santé

  • Le collier avec son nom et son identification

Nourriture et soins :

  • Ses gamelles habituelles

  • Son bac à litière et de la litière

  • Sa nourriture habituelle en quantité suffisante (attention aux risques d’approvisionnement)

  • De l’eau

  • Ses friandises

  • Ses médicaments avec les ordonnances

  • Le traitement contre le mal des transports

  • Vermifuge et antipuce

  • Sa brosse et/ou son peigne

  • Une pince anti-tique

  • Un thermomètre, pince à épiler et ciseaux à bouts ronds

  • Une bande et des compresses stériles

Transport :

  • Sa caisse ou son sac de voyage

  • Du papier absorbant et de l’eau pour nettoyer les accidents

Divers :

  • Ses jouets

  • Son tapis préféré

Le retour des vacances

Que vous ayez confié votre compagnon à une famille d’accueil, à votre famille, ou à une pension, il va falloir un temps de réadaptation pour qu’il retrouve ses repères et ses habitudes.

Prenez soin de lui

  • Examinez votre chat, surtout son poil pour vérifier qu’il n’ait pas attrapé de parasites externes (puces, tiques, …), ou qu’il ne soit pas blessé. Si votre chat a séjourné à la campagne ou en pension traitez-le préventivement contre les parasites internes.

  • Pesez-le, il est possible que la situation de stress provoquée par la séparation ait engendré des troubles de l’appétit.

  • Le réadapter à sa nourriture si elle a été modifiée. Ne pas faire de transition brute (Voir alimentation).

Réorganisez ses habitudes

  • Redonnez leurs places à tous ses jouets, tapis, griffoir, gamelles, litière pour qu’il puisse retrouver ses repères.

  • Laissez-lui le temps de ré-explorer la maison ou l’appartement, de se frotter pour y apposer son odeur.